Le genou est une articulation qui réunit l’extrémité inférieure du fémur à l’extrémité supérieure du tibia et à la rotule. Les surfaces intra-articulaires sont recouvertes de cartilage et les ménisques s’interposent pour adapter les surfaces du fémur à celles du tibia.

Les blessures au genou

Une blessure au genou peut causer une déchirure des ligaments ou des ménisques. Bien qu’un programme de physiothérapie puisse entraîner une diminution de la douleur et une amélioration de la fonction du genou, un traitement chirurgical est souvent nécessaire.

Le ligament déchiré qui doit le plus souvent être opéré est le ligament croisé antérieur (LCA). La chirurgie est réalisée avec une petite caméra appelée arthroscope et consiste à réparer le ligament ou à le remplacer par un tendon.

La chirurgie pour un ménisque déchiré consiste le plus souvent à enlever le morceau déchiré, car le ménisque ne guérit pas souvent quand il est réparé. Cette opération, appelé ménisectomie, est réalisée avec un arthroscope.

Attention! Si la déchirure du ménisque est causée par de l’arthrose, la ménisectomie est inutile et soulage rarement la douleur.

L’arthrose du genou

L’arthrose du genou est la perte du cartilage articulaire. L’arthrose est parfois la conséquence d’un accident mais elle est le plus souvent associée au vieillissement du cartilage.

Il n’est pas possible actuellement de régénérer le cartilage. Lorsque l’arthrose rend le genou trop douloureux et qu’une chirurgie devient nécessaire, les surfaces de l’articulation sont remplacées par une prothèse totale du genou (PTG) composée d’implants de métal et de plastique.

Foire aux questions

Environ 85% des patients opérés pour une PTG se disent améliorés par la chirurgie. Toutefois, il est rare qu'ils estiment que leur genou est redevenu normal.

Les plaintes les plus fréquentes parmi les gens qui sont satisfaits du résultat de la chirurgie sont la difficulté de se mettre à genoux, la difficulté à monter et à descendre les escaliers et la persistance de douleur lors de certains mouvements.

En général, la PTG est implanté chez des gens de 65 ans ou plus qui souffrent d'arthrose sévère car les implants durent environ 20 ans. On espère ainsi éviter de réopérer un jour le genou pour changer la prothèse.

De plus en plus de patients sont opérés entre 50 et 65 ans. Les résultats qu'ils obtiennent sont souvent moins satisfaisants que pour les gens de plus de 65 ans et leurs implants durent moins longtemps. Ces patients seront réopérés un jour pour changer leur prothèse. C'est pourquoi certains chirurgiens orthopédistes refusent d'opérer des gens de ce groupe d'âge.

Il est exceptionnel d'opérer un patient de moins de 50 ans. Le plus souvent, la prothèse sera implantée pour une condition débilitante comme l'arthrite rhumatoïde. Ces patients sont généralement opérés dans des centres hospitaliers universitaires.

Oui, mais il y a plus de complications et les échecs précoces sont plus fréquents chez les gens obèses. C'est pourquoi il est préférable de perdre du poids avant la chirurgie. Certains chirurgiens refusent d'opérer les gens obèses pour ces raisons.

Il n'y a pas d'âge limite pour être opéré pour une PTG. Pour être opéré, il faut que l'état de santé général soit assez bon pour que la chirurgie se déroule sans problème médical majeur, et que la fonction prévue après la chirurgie soit assez bonne pour que la personne opérée profite d'une amélioration significative de sa qualité de vie.

Oui. Cela s'appelle une prothèse totale unicompartimentale (PTU). Le genou est divisé en 3 compartiments : le compartiment interne, le compartiment externe et le compartiment de la rotule. Le compartiment le plus souvent opéré est le compartiment interne.

Parfois oui et parfois non. Il est généralement accepté que la pose d'un implant rotulien diminuera le pourcentage de patients qui se plaignent d'une douleur rotulienne à plus long terme après une PTG. Toutefois, la pose d'un implant rotulien peut entraîner diverses complications. C'est pourquoi chaque chirurgien a ses propres indications, souvent basées sur son expérience, pour décider dans quels cas il changera la rotule lors d'une PTG.

Oui, cela s'appelle un révision de prothèse. L'ancienne prothèse est enlevée en entier et est remplacée par une autre beaucoup plus grosse. L'os perdu est remplacé par des pièces modulaires en métal. Il s'agit d'une chirurgie complexe qui donne des résultats presqu'aussi bons qu'une PTG primaire lorsqu'elle est réalisée par des experts.